Kaiju No. 8 Scan VF

Kaiju No. 8 Scan VF

Liste des Chapitres Kaiju No. 8 FR

Kaiju No. 8 Scan 71 VF

Kaiju No. 8 Scan 70 VF

Kaiju No. 8 Scan 69 VF

Kaiju No. 8 Scan 68 VF

Kaiju No. 8 Scan 67 VF

Kaiju No. 8 Scan 66 VF

Kaiju No. 8 Scan 65 VF

Kaiju No. 8 Scan 64 VF

Kaiju No. 8 Scan 63 VF

Kaiju No. 8 Scan 62 VF

Kaiju No. 8 Scan 61 VF

Kaiju No. 8 Scan 60 VF

Kaiju No. 8 Scan 59 VF

Kaiju No. 8 Scan 58 VF

Kaiju No. 8 Scan 57 VF

Kaiju No. 8 Scan 56 VF

Kaiju No. 8 Scan 55 VF

Kaiju No. 8 Scan 54 VF

Kaiju No. 8 Scan 53 VF

Kaiju No. 8 Scan 52 VF

Kaiju No. 8 Scan 51 VF

Kaiju No. 8 Scan 50 VF

Kaiju No. 8 Scan 49 VF

Kaiju No. 8 Scan 48 VF

Kaiju No. 8 Scan 47 VF

Kaiju No. 8 Scan 46 VF

Kaiju No. 8 Scan 45 VF

Kaiju No. 8 Scan 44 VF

Kaiju No. 8 Scan 43 VF

Kaiju No. 8 Scan 42 VF

Kaiju No. 8 Scan 41 VF

Kaiju No. 8 Scan 40 VF

Kaiju No. 8 Scan 39 VF

Kaiju No. 8 Scan 38 VF

Kaiju No. 8 Scan 37 VF

Kaiju No. 8 Scan 36 VF

Kaiju No. 8 Scan 35 VF

Kaiju No. 8 Scan 34 VF

Kaiju No. 8 Scan 33 VF

Kaiju No. 8 Scan 32 VF

Kaiju No. 8 Scan 31 VF

Kaiju No. 8 Scan 30 VF

Kaiju No. 8 Scan 29 VF

Kaiju No. 8 Scan 28 VF

Kaiju No. 8 Scan 27 VF

Kaiju No. 8 Scan 26 VF

Kaiju No. 8 Scan 25 VF

Kaiju No. 8 Scan 24 VF

Kaiju No. 8 Scan 23 VF

Kaiju No. 8 Scan 22 VF

Kaiju No. 8 Scan 21 VF

Kaiju No. 8 Scan 20 VF

Kaiju No. 8 Scan 19 VF

Kaiju No. 8 Scan 18 VF

Kaiju No. 8 Scan 17 VF

Kaiju No. 8 Scan 16 VF

Kaiju No. 8 Scan 15 VF

Kaiju No. 8 Scan 14 VF

Kaiju No. 8 Scan 13 VF

Kaiju No. 8 Scan 12 VF

Kaiju No. 8 Scan 11 VF

Kaiju No. 8 Scan 10 VF

Kaiju No. 8 Scan 9 VF

Kaiju No. 8 Scan 8 VF

Kaiju No. 8 Scan 7 VF

Kaiju No. 8 Scan 6 VF

Kaiju No. 8 Scan 5 VF

Kaiju No. 8 Scan 4 VF

Kaiju No. 8 Scan 3 VF

Kaiju No. 8 Scan 2 VF

Kaiju No. 8 Scan 1 VF

Résumé de Kaiju No. 8 Scan VF

Kaiju n°8 est une histoire de chasseurs de monstres. Dans un futur proche, les forces de défense japonaises font face à une attaque continue de kaiju monstrueux. Ils combattent et vainquent ces monstres à l’aide d’un large éventail d’armes puissantes et de combinaisons capables d’amplifier leurs capacités. Notre héros, Kafka Hibino, fait partie de la force de défense japonaise, mais pas exactement du côté de la « défense ». Au lieu de cela, il fait partie de l’équipe de nettoyage, reléguée à nettoyer les entrailles des monstres à la suite des batailles après avoir depuis longtemps échoué aux épreuves, tandis que son amie d’enfance Mina Ashiro est devenue une star de la lutte contre les kaiju. Cependant, sa vie change lorsqu’un petit kaiju vole dans sa bouche ouverte et qu’il acquiert la capacité secrète de se transformer en kaiju lui-même. Maintenant que la Force de défense japonaise ouvre à nouveau les essais pour l’équipe de combat, Kafka a une nouvelle chance de réaliser le rêve de sa vie.

Kaiju n°8 volume 1 est écrit et dessiné par Naoya Matsumoto, avec une traduction anglaise de David Evelyn et un lettrage de Brandon Bovia. Kaiju n°8 est publié par Viz media. Kaiju No. 8 Scan VF : Dans un futur proche, les forces de défense japonaises font face à une attaque continue de kaiju monstrueux.

Critique de Kaiju No 8

Après des mois où les gens m’ont supplié de me lancer dans Kaiju n°8 et où j’ai traîné les pieds, je peux définitivement dire qu’ils avaient raison – j’aurais dû commencer à lire depuis longtemps.

Le volume d’ouverture de Kaiju No. 8 fournit une installation solide comme le roc. À bien des égards, il correspond à ce que l’on attend d’un titre de Shonen Jump : Nous avons notre protagoniste avec plus de potentiel que de capacités prouvées, un scénario de procès précoce avec de jeunes guerriers qui cherchent à prouver leur valeur, et une amitié d’enfance mise à rude épreuve par les circonstances. Il y a de gros monstres et de gros combats, avec une prémisse initiale forte et une construction rapide du monde – toutes les caractéristiques d’un titre d’action-aventure du Jump.

Mais Kaiju No. 8 comporte quelques rebondissements amusants qui le rendent très prometteur.

Tout d’abord, l’âge de Kafka est un gros avantage. À trente-deux ans, Kafka Hibino n’est en aucun cas un vieil homme – il est jeune dans le monde, et en fait plus jeune que moi – mais les histoires shonen mettent rarement en scène des protagonistes de cette tranche d’âge (et c’est compréhensible, le titre s’appelle Shonen Jump après tout). Le fait d’avoir un personnage principal d’une trentaine d’années qui essaie encore de tout faire fonctionner est très amusant dans une histoire comme celle-ci qui serait plus typiquement centrée sur les circonstances d’une personne beaucoup plus jeune. Le procès d’ouverture de ce volume est particulièrement riche en émotions, ce qui n’est possible que grâce à l’extension de la limite d’âge : Kafka a perdu sa chance, mais il a maintenant une dernière chance de la saisir à nouveau. Alors que le scénario d’entraînement sert fonctionnellement le même objectif que s’il était beaucoup plus jeune, son âge et le fait que le temps ne joue pas en sa faveur donnent à cette nouvelle chance de rédemption une résonance émotionnelle beaucoup plus forte.

Il y a aussi une bonne dose de créativité dans le principe. Les combinaisons tactiques en peau que portent les membres de la Force de défense leur confèrent des capacités surhumaines, mais les personnes qui les portent, à des niveaux de compétence différents, peuvent obtenir des pourcentages différents d’amélioration des performances. C’est une façon amusante de fournir une base de résistance, de force, de vitesse, etc. nécessaire aux humains pour affronter régulièrement des monstres géants, tout en laissant des possibilités de développement de la puissance des personnages.

Oh, et ai-je mentionné que Kaiju n°8 est hilarant ? Les pitreries de Kafka dans ce volume m’ont vraiment fait rire aux éclats. Le point culminant a dû à la réalisation post-transformation de Kafka qu’il urine maintenant par ses mamelons dans une paire de ruisseaux à haute puissance. Les réactions faciales de Kafka et de Léo m’ont fait mourir de rire. En tant que fan de Gintama, c’est vraiment agréable d’avoir à nouveau une nouvelle comédie d’action avec un personnage principal trentenaire et gaffeur dans ma vie.

Les aspects techniques sont également excellents. Ce volume est surtout une mise en place, et dans cette mise en place, il y aura beaucoup de techniques familières pour faire avancer les choses, bien sûr. Mais l’intrigue et le rythme de Naoya Matsumoto donnent l’impression que c’est facile, et l’écriture des personnages est excellente. L’art est également superbe, passant des détails techniques aux créatures monstrueuses et aux visages comiques hilarants avec une totale facilité. Je ne peux pas parler de l’exactitude de la traduction, bien sûr, mais tous les dialogues coulent naturellement grâce au travail de David Evelyn, et le lettrage de Brandon Bovia est formidable, comme toujours. Honnêtement, cette série est très prometteuse et j’ai hâte de voir ce qui nous attend.